Pomme AccueilForumMagP3Livre d'orPartenaires
Recherche
Se connecter



S'inscrire

En ligne
1 Visiteur, 0 Membre, 0 Modérateur, 0 Administrateur En ligne.

Total: 1
Discussion

bazar92: La sortie ? Je crois que c'est par la porte d'entrée.

Inky: Je m'est perdu, où est la sortie sivouplé ?

Kak Miortvi
Pengvin
: Impossible. Il est perdu sous la poussière lui aussi.

Xzimnut: Faudrait passer le balai un de ces jours.

Inky: On espère qu'ils auront beaucoup d'enfants.

@now@n: Le petit Franck a bien grandi, est un peu vexé que vous ne soyez pas venu le chercher, et vous annonce son mariage avec la fille qui fait les annonces.

Xzimnut: Le petit Franck attend ses parents à l'entrée.

Xzimnut: -ÏE OUIL OOOOLOUÈÏZ LAUVE YOOOOOOOUUUUU !!

@now@n: AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

Caroth: Bonsoir Malteser !

Tomasi Maltese: Bonjour :)

Vykk Draygo: Glouglou

Kak Miortvi
Pengvin
: *fait glouglou*

Caroth: Compris, chef ! *l'asperge d'eau à l'aide d'un tuyau à incendie*

Kak Miortvi
Pengvin
: J'accepte les dons en liquide sinon.

Caroth: Amen !

Waïl Kinderstein: Kak ne fait que prouver notre grandeur d'esprit en ne participant pas à nos jeux de mots. Cela montre à quel point les rédacteurs du MagP3 sont géniaux.

Kak Miortvi
Pengvin
: Logique. C'est une citation.

Inky: Je n'aurais pas dit mieux.

Kak Miortvi
Pengvin
: COIN !

Waïl Kinderstein: Pauvre Kak. Notre humour est un de ces nectars et devant ce vin t'es si jaloux et aimerais pouvoir saisir sa saveur. La réponse est simple : elle se trouve dans ton c?ur !

Kak Miortvi
Pengvin
: Hum... Hein ?

Waïl Kinderstein: Oui, mais tu deviens vite zinzin. C'est comme si tu arrives devant un ravin, tes cinq sens tu perds d'un coup en tombant dans le trou de la folie.

Tomasi Maltese: XD On s'ennuie pas ici ^^

Schnouk: Peut-être, mais alors que vous ne vîntes qu'attristés, au moins quelques uns repartirent divertis.


Rafraichir

Voir les Archives

Newsletter


Voir les Archives


Tarentur Platinum
 Outils 
Table des matières
  1. Critique
    1. Ecriture
    2. Technique
    3. Avis
  2. Découvrir





Voilà cinq longues années que Tarentur, paladin d'Athéna, parcourt la Grèce afin d'éliminer les dernières créatures démoniaques infestant le pays enfin en paix après une guerre éreintante. Mais alors que le jeune homme pense son périple terminé, la Déesse lui apparaît et lui révèle qu'il est aux portes de son destin. Un mal bien plus profond et puissant ronge le monde et menace de le détruire.

Texte inspiré du site de la saga



Critique


Ecriture


Tarentur Platinum se réclame de la "high fantasy" (lire la définition sur Wikipedia). Intéressons nous donc à l'univers de la saga. Prenant place dans une Grèce antique teintée d'une très forte tendance fantastique, l'histoire nous plonge dans un monde en noir et blanc sur lequel plane une puissante menace invisible. Heureusement, un jeune homme à l'âme noble et pure est choisi par les dieux pour sauver la population de la destruction à laquelle elle semble voué. Bien des obstacles se dresseront sur le chemin de l'élu mais celui ne parcourra pas les routes seul. Une jeune magicienne et un fier barbare le rejoindront pour lui permettre d'accomplir sa destinée.
Vous le constatez, tous les archétypes du genre sont présents et plutôt bien respectés. L'univers exploite assez peu l'immense potentiel que représente la Grèce antique dans notre imaginaire mais le passé relativement fouillé des personnages représente un certain plus. L'histoire tient d'ailleurs plutôt bien la route et sans atteindre des summums de suspens ou de surprises, elle se révèle bien construite. Spikly sait dans quelle direction diriger ses personnages et révèle ce qu'il faut juste comme il faut.

Cependant, quelque chose vient gripper le ressenti de l'histoire par l'auditeur. Celle-ci comporte non seulement une forte composante fantastique qui n'est pas gênante en soit mais aussi un très fort apport du monde du jeu vidéo. Cet apport qui apparaît essentiellement dans la narration résonne comme les descriptions explicatives des jeux de rôle vidéo-ludesques (les références au monde de Warcraft sont d'ailleurs courantes). Ajoutez à cela des protagonistes qui lancent leurs attaques en criant leurs noms anglais (le parallèle avec les anime étant pleinement assumé par l'auteur) et vous obtenez une mélange très particulier qui semble parfois peu crédible. L'immersion de l'auditeur au sein d'une histoire largement sérieuse s'en retrouve compliquée.

Néanmoins, ce n'est pas le point le plus perturbant. En effet, si cela se révèle plutôt particulier, l'auditeur parvient tout de même à adopter ce style peu courant dans les sagas mp3. A mon avis, le plus gros obstacle à l'immersion de l'auditeur se trouve être la narration.
Le site indique clairement que celle-ci peut être comparée à celle des livres audios. Et en effet, on sent l'effort qui est fait dans cette direction. Malheureusement, cela n'est pas couronné de succès. Les interventions du narrateur sont irrégulières selon les chapitres et malheureusement, trop souvent bancales par rapport à l'histoire. Nous nous retrouvons ici en face d'une sorte d'hybride entre la narration d'une saga mp3 et celle d'un livre audio. Parfois superflues, les interventions du conteur sont occasionnellement de trop pour ce qu'il devrait se faire dans une saga mp3. Tandis qu'à d'autres moment, la narration est étrangement absente. Spikly ne semble pas encore avoir trouvé l'équilibre propre à son histoire.

En dehors de cela, peu de choses sont à souligner concernant l'écriture. Les références sont assez nombreuses et variées. En général plutôt bien intégrées, il leur arrive quelques fois de paraître hors du contexte. Il semble néanmoins que cela tende à disparaître avec le temps. Quelques tournures de phrases sont également étranges. Si en général, je ne suis pas trop regardant pour les personnages de l'histoire (cela nous arrive à tous de faire ce genre d'erreurs et j'ai tendance à trouver que cela donne un peu de naturel), j'ai plus de mal lorsqu'il s'agit du narrateur.
L'écriture de Tarentur Platinum possède aussi un petit détail particulier que l'on appréciera à sa pleine valeur. Souvent, la recherche sur l'écriture semble naturelle. Parfois, on se demande si une recherche a été faite. Ici, malgré les défauts qui ont été pointés précédemment, on ressent une volonté assez forte de bien faire. Ce qui est loin d'être désagréable.

Technique


La technique a été ce qui a le plus entaché la sortie des premiers chapitre de l'aventure. Les réalisateurs se sont succédés créant ainsi des épisodes aux rendus disparates. Néanmoins, l'arrivée tardive de Celebo (La D.G.S.C.E., Messina) à ce poste a permis de régler la quasi-totalité des problèmes techniques. Quelques uns subsistent encore dans les premiers chapitres qui n'ont pas complètement été repris. Mais il ne sera pas difficile de passer outre.

C'est au niveau du jeu d'acteur des personnages principaux que le bât blesse le plus fort. Le jeu de Tarentur est parfois surprenant. Mais c'est avant tout l'interprétation de Phildénas que l'on regrettera. Le personnage de la magicienne, déjà peu exploité dans le premier livre, semble creux. Il lui arrive même certaines fois de perdre toute crédibilité, reléguant alors ce personnage au rang peu glorieux de "potiche". Cela est heureusement assez rare. Les nombreuses voix invitées sont généralement bonnes et sonnent parfois très justes. On regrettera donc amèrement ce fâcheux déséquilibre.

Le choix de la bande son est généralement bon, d'autant que les musiques sont bien intégrées par Celebo. Celles-ci proviennent régulièrement d'animés. La sonorité particulière de certaines d'entre elles renforce occasionnellement l'impression de se retrouver face à un animé en mp3. Cet effet n'est cependant pas également réparti chez les auditeurs et, si vous êtes amateurs du genre, il n'est pas impossible que vous appréciez les références.

Avis


::etoile:: ::etoile:: ::etoile1/2:: ::etoile0:: ::etoile0::
Difficile de dégager un avis final clair sur Tarentur Platinum. De bonnes idées sont présentes et l'univers développé dans cette histoire est plutôt inédit dans la sagasphère. Cependant, et malgré les efforts fait pour les corriger, des défauts majeurs handicapent fortement la saga de Spikly. Je maintiens tout de même qu'il y a un bon potentiel à exploiter et nous pourrions être surpris à l'avenir. En attendant que le travail de l'équipe porte ses fruits, Tarentur Platinum est une saga que je ne saurais vous conseiller ou déconseiller. Il vous faudra donc juger par vous mêmes.


Critique par Kak Miortvi Pengvin le premier avril 2009





Découvrir


Section pratique
::france:: Visiter la page de Tarentur Platinum
Quelques chiffres
1 premier livre de 6 chapitres Plusieurs chapitres sur le passée de Tarentur ainsi que divers bonus.


Cette page a été vue 1913 fois